Les 7 étapes de la transformation Digitale

Qui aurait cru que les leaders du taxi seraient concurrencés et menacés par une société qui n’a pas le moindre taxi (Uber), les sociétés de transports par une société qui n’a pas le moindre véhicule (blablacar), les hôtels par une société qui n’a pas le moindre hôtel (Air BnB) ?

De nouvelles technologies vont révolutionner notre quotidien : Objets connectés, impression 3D, réseaux sociaux, cloud, …

En 1995, des dirigeants de sociétés expliquaient que des chaussures et des vêtements ça s’essayent. « Que faites-vous du plaisir du lèche-vitrines ? ».

Alors quand  parfois, on me demande si toutes entreprises sont concernées par la transformation digitale, je répond que pour 99 % des entreprises, la réponse est OUI, c’est une question de survie :

Les leaders de demain sont ceux qui iront vite, qui seront capables d’agir et de réagir rapidement en utilisant les outils les plus adaptés pour sentir et s’adapter au marché.

 

1 – Co-construire une vision Digitale portée par le Comex

Engager son entreprise dans une Transformation Digitale est une décision stratégique prise par le Comex.  Cette décision est lourde de sens et d’implication pour les différentes parties prenantes de l’entreprise. Elle doit donc être partagée.

Il est illusoire de croire que seuls les membres du comité de direction, généralement tous nés avant 1990, auront la culture et la légitimité nécessaire pour bâtir la vision digitale de l’entreprise.

En vous engageant dans ce process, vous allez vous heurter à de la résistance liée aux changements. C’est naturel ! Si vous souhaitez embarquer le maximum de personnes dans ce projet et lui donner le plus de chance de réussir, autant que ce soit leur projet, leur vision. Et pour cela, quoi de mieux que de partir du  projet et de la vision de vos collaborateurs ? Impliquer l’ensemble de vos collaborateurs, vos clients emblématiques, vos fournisseurs stratégiques et les autres parties prenantes (banquiers, administrations..) dans un process de co-création afin de construire une vision digitale forte et partagée.

 

2 – Penser « Digital First »

Votre  écosystème est digital. Vos clients regardent votre entreprise sur 360°. Vos collaborateurs sont sur les réseaux sociaux personnels (facebook, twitter, instagram) et professionnels (linkedin, video). Que vous le vouliez ou non, que vous en soyez conscient ou non, votre entreprise possède une trace numérique. A défaut de complètement la maîtriser, vous devez en être conscient et agir pour qu’elle soit la meilleure possible.

Beaucoup de dirigeants pensent souvent qu’internet et que les outils numériques sont des outils comme les autres. Ce n’est pas le cas !

Pensez Digital First, c’est inclure le numérique au cœur de votre stratégie d’entreprise. C’est se demander, pour chacune de vos décisions, si vous avez bien envisagé toutes les répercussions digitales. Cela demande des méthodes et une organisation spécifique comme par exemple une veille digitale et d’écoute des clients. Il est préférable de se doter de ressources humaines spécifiques comme un CDO Chief Digital Officer. Si votre entreprise est de taille moyenne ou encore si vous estimez que vous n’avez pas besoin de cette compétence à plein temps, prenez en un en temps partagé.

 

3 –Devenir agile et rapide

Les entreprises qui gagneront ne seront pas les plus grosses, mais les plus rapides, les plus agiles c’est-à-dire celle qui seront capables de prendre les virages le plus rapidement possible.

Ne bâtissez pas une cathédrale ! Orientez-vous vers de petits projets réalisables en 4 semaines maximum. Si un projet doit prendre plus de temps c’est qu’il peut être découpé en de plus petites entités. Par exemple, si vous bâtissez votre site web, commencez par 3 ou 4 pages indispensables et rajoutez les autres au fur et à mesure. Vos projets sont une série d’itérations successives.

Veillez à ce que chacun de vos projets s’inscrive bien dans votre vision stratégique.

Vous ferez des erreurs. Vous retournerez parfois en arrière soyez prêt à recueillir  tous les enseignements de vos échecs.

Il existe de nombreuses méthodes comme Lean Start-up et Scrum qui peuvent vous aider à devenir agile.

 

4 – Mesurer les résultats

Que ce soit pour la vision ou pour chacun des projets, vous devez définir des indicateurs (quantitatifs et qualitatifs). Il s’agit des fameux KPI (Key Performance Indicator).

Il existe de nombreux outils pour mesurer les résultats : on pense immédiatement aux outils de CRM, aux web-analytics, ou encore aux outils de reporting. Choisissez ceux qui vous paraissent les plus adaptés à vos besoins et veillez à ce que vous puissiez combiner les données les unes avec les autres. Veuillez à ce que chaque projet puisse y être intégré.

Un bon usage consiste à être transparent sur les résultats. Cela motive à avoir de bons résultats, motive les moins enthousiastes et surtout permet à chacun d’ajuster le tir quand les résultats sont moins bons que prévus.

5 – Travailler tous les points de contacts (interne et externe)

 

La transformation digitale n’est pas le domaine réservé de l’informatique et du marketing. Elle concerne tous les secteurs de l’entreprise.  

Certaines entreprises ont même établi comme règle de confier la gestion des projets à des personnes n’ayant aucun intérêt personnel à choisir une voie plutôt qu’une autre. Ainsi, un financier pilote la réalisation d’un site internet avec l’appui du marketing et de l’informatique, et un commercial prend en charge la veille juridique. C’est curieux mais ca fonctionne et ca apporte pas mal de transversalité.

 

6 – Se doter de nouveaux outils

On pense immédiatement à des outils hardware (tablettes, smartphones ou ordinateurs portables),  à des outils software (CRM, outil de travail collaboratif,…) ou encore à des technologies réseaux (Cloud, wifi, SaaS). Ils sont maintenant bon marché et simples à mettre en œuvre. Vous n’avez donc pas la moindre excuse pour ne pas essayer et ainsi voir s’ils peuvent vous apporter des résultats. Les bases : Agenda partagé, outil de travail collaboratif en ligne, communication instantanée, CRM.

Tous les outils ne correspondent pas à tout le monde. Par exemple, dans l’une de nos expériences, plusieurs collaborateurs avaient testé différents types de tablettes (microsoft, android ou apple). Un sondage sur la pertinence des unes et des autres n’a pas permis de dégager une tendance nette. Les uns étaient fan de l’une et détracteurs de l’autre et vice versa.

Conclusion, laissez parfois vos collaborateurs choisir l’outil le mieux adapter à leurs usages ou à leur mode de pensée.

 

7 – Améliorer encore et encore

Les technologies digitales et les usages évoluent chaque jour. Le process de Transformation Digitale n’a donc pas de fin. Il faut remettre l’ouvrage sur le métier continuellement, écouter les clients, leurs retours, leurs besoins et surtout leurs usages digitaux pour adapter votre stratégie.

En revanche, une fois que vous aurez terminé avec un chantier, vous aurez envie de changer certains des éléments que vous venez juste de construire. Prenez le temps de prendre un peu de recul avant de les modifier. Il faut que vous appreniez à avoir honte de ce que vous avez fait tout en étant à la recherche continue de l’amélioration. C’est un équilibre difficile à tenir. Vos clients détiennent la vérité.

Si vous entrez dans ce processus, il est certain que vous rencontrerez des objections, de la résistance aux changements, des démotivations, des colères. Il vous faudra être pédagogue, convaincre, être ferme, négocier, accompagner, valoriser les premiers pas, fêter les victoires, apprendre des défaites et vous améliorer encore et toujours. Et si vous tenez bons, si vous savez tirer le meilleur parti du digital, vous identifierez de nouvelles sources de revenus, des optimisations de productions insoupçonnées, des innovations, … bref un nouvel élan pour le futur.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *