L’innovation est le résultat de l’itération

Les méthodes, l’engagement et la rigueur doivent primer sur les égos, le Top Down. Les expérimentations et l’ingénierie de la connaissance ouvrent la voie vers le succès.

 

On entend souvent dire des américains « if you fail, fail fast ». si tu échoues, échoue rapidement. Cela ne veut pas dire qu’il faut forcément échouer pour réussir, l’échec est possible quand on innove, il faut surtout le manager. L’échec est inhérent à l’innovation.

 

Regardons l’évolution vers l’innovation autrement

 

Regardons l’innovation comme le résultat d’un apprentissage. Quand un bébé apprend la marche et qu’il chute, personne ne s’adresse à lui en lui disant, tu vois la marche c’est pas pour toi. Pour qu’une innovation fonctionne, trouve son marché ou se rende utile, il faut qu’un système d’apprentissage se mette en place : une succession d’hypothèses, de tests, de résultats probants ou non rendent possible l’innovation. L’échec devient une hypothèse invalidée.

 

Jurgen Appelo théorise bien ce concept dans ses travaux. Regardons, la dernière ligne en bas, celle qui permet de récolter le plus d’apprentissage. C’est la où il y a des expérimentations qui sont menées, que l’on ai réussi ou échoué, ont apporté le plus d’apprentissage.

Pour innover, il faut multiplier les expérimentations. Ce système d’apprentissage est imprégné d’agilité, de transfert de connaissances, bref d’itérations.

Pour consultez l’ensemble de notre manifeste de l’innovation suivez ce lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *